Croyances et traditions du peuple Massa

Sharing is caring!

Salut, je m’appelle Valentine, je suis originaire de l’Extrême Nord du Cameroun, plus particulièrement de la localité de Yagoua. J’appartiens au peuple Massa et mon village s’appelle Muygoy, un petit village reculé situé entre la limite de la ville de Yagoua (Cameroun) et Bongor (Tchad).

Festival Tokna Massa, crédit photo, Journal du Cameroun

Toutefois, bien qu’étant de l’Extrême-Nord, je n’y ai jamais vraiment vécu. Je suis née à Buea dans la région du Sud-ouest, puis j’ai vécu dans plusieurs régions différentes du pays. N’ayant pas baigné dedans depuis ma tendre enfance, j’ai dû apprendre avec un peu plus d’efforts ma culture, nos coutumes et traditions. Des coutumes et des traditions qui semblent parfois bien étranges.

Je vous invite ici à découvrir ma sélection spéciale de quelques croyances du peuple Massa.

Mon Top 10

1- Une femme ne peut pas rester dans la même pièce que son beau-fils. Chez nous, les belles-mères ne peuvent décemment pas être dans la même pièce que leurs beaux fils. Cette séparation est faite pour éviter des faits de souillures tels que les pets ou la gloutonnerie. Je me rappellerais toujours des visites de grand-mère à la maison et aussitôt que papa rentrait dans la pièce elle se faufilait discrètement dehors. Papa en était tous gêné, et quand on lui demander pourquoi c’est ainsi il nous répondait juste : « c’est la tradition ».

2- Le Foléré attire la malchance. Bien que la consommation des feuilles d’oseille (appelé Bissap en Afrique de l’Ouest) soit très appréciée, il existe une mystérieuse croyance selon laquelle en manger attirerait la malchance. C’est ainsi que par exemple, un homme qui veut demander la main d’une femme ou conclure une affaire s’abstiendra de consommer cette feuille considérée par beaucoup comme un ‘casse plan’.

3- Les scarifications vous rendent invisibles aux yeux des sorciers. Dans mon village on perpétue aussi la croyance selon laquelle l’on peut se protéger de l’action des sorciers en se faisant des scarifications spéciales sur une ou plusieurs parties de son corps. Ainsi on devient invisible aux yeux de ces esprits et notre chair amère. D’ailleurs j’ai de lointains souvenirs un peu brouillés d’une scène pareille lors qu’on avait fait quand j’étais petite fille avec ma mère et mes frères.

4- Un marabout perd ses pouvoirs s’il entre dans une cuisine. Il existe cette autre croyance assez inédite qui interdit à tout marabout ou génie spirituel d’entrer dans une cuisine. La cuisine étant considéré comme un lieu sacré par excellence, il pourrait y perdre tous ses pouvoirs.

5- Un oncle ou une tante peut te maudire/bénir. Comme dans plusieurs cultures africaines, le respect dû aux ainés et aux patriarches a une grande importance. C’est ainsi que l’on croit dure comme fer que plus que les frères et sœurs de nos parents ont tout particulièrement le pouvoir de nous bénir ou de nous maudire. En conséquence on les respecte énormément. Je me rappelle de nos vacances au village, il y a plusieurs années, lequel ma jeune tante, avait menacé de me maudire. Elle m’avait dit que si elle le voulait, un malheur pourrait m’arriver lors de mon voyage de retour à la ville. Je ne puis même plus vous dire sujet de notre dispute. Je sais juste que j’avais eu peur d’elle ce jour-là et pendant quelques années encore.

cases traditionnelles massa ( concession)

Cases traditionnelles massa. crédit photo VNB

6- Quand une femme ne fait pas de garçon, son mari doit prendre une autre épouse. Dans beaucoup de cultures à travers le monde avoir un descendant mâle est très important. C’est ainsi que beaucoup de femmes chez moi, souffrent dans leurs ménages, pour n’avoir pas donné de descendant mâle à leurs époux.  En général, le mari vient a prendre une, deux autres épouses pour lui faire des descendants males.

 

7- Une femme ne doit pas marcher devant un homme. Celle-ci me fait toujours sourire… Chez nous on croit dur comme fer que la femme ne doit jamais marcher devant un homme sur la route pendant qu’ils marchent ensemble. La raison évoquée étant que c’est l’homme et non la femme qui est le symbole de la force. Il faudrait donc qu’il soit toujours devant prêt à affronter tous  les dangers qui se présenterait.

8- Si tu gardes une femme pendant une semaine, elle devient ta femme. C’est avec le sourire aux lèvres que je m’en vais vous présenter cette sélection que j’imagine les féministes ne vont pas beaucoup aimer mais bon je me lance.   Dans mon village il existe ce que l’on appelle le/la pira. En français sa pourrait se traduire littéralement par « voler une fille ». Quand deux jeunes personnes s’aiment et que l’une de leurs familles est contre la relation, il suffit à ce garçon de «  kidnapper » la fille en question, et de ‘disparaitre’ plus d’une semaine avec elle. A leur réapparition, la famille de la jeune fille ira juste réclamer la dote au garçon et à sa famille parce qu’ils sont considérés comme étant mariés, puisqu’on estime que l’union a déjà été consommé.

9- Interdit de marcher seul la nuit car les mauvais esprits rôdent la nuit. Selon des croyances locales, il est très dangereux de marcher seul tard le soir, car c’est le moment où les sorciers et autres esprits mauvais lâchent leur tchik-chikna (des sortes d’oiseaux nocturnes sous formes d’hiboux, chauve-souris ou lumières clignotantes) qui peuvent absorber les âmes. Ils influencent la communauté en y semant la panique et en instiguant la crainte. Pour ceux des plus rationnels, c’est un moyen de contrôler la communauté.

10- Quand un Muygoy meurt, il devient un éléphant. Beaucoup affirment que les Muygoys (mon clan) se transformeraient en éléphants à leur mort. Du coup, les éléphants reçoivent des égards spéciaux car beaucoup pensent que ce sont les ancêtres revenus parmi nous sous une autre forme.

Certaines de ces coutumes et croyances  sont elles aussi communes à votre peuple ? Quelle est la superstition ou la croyance la plus étrange de votre peuple ? N’hésitez pas à partager les belles histoires de chez vous avec nous en commentaire.

 

Sharing is caring!

15 commentaires

Annuler

  1. Mawulolo
    Mawulolo · mai 29

    J’ai trop kiffé ton billet. Je suis toujours « touché » lorsque l’on me parle de culture surtout africaine…
    Des ressemblances existent avec ma culture Ewé du Togo. Souvent ces interdits sont des déductions logiques mais il fallait les entourer de mystères pour que les gens respectent cela.
    Pour le beau-fils et sa belle-mère, je suis persuadé, qu’à la base, c’est plus pour éviter qu’ils ne se désirent qu’autres choses. Il faut faire peur aux hommes.
    Pour le 7, ma question est simple hein « Et si le danger venait plutôt de derrière et non de devant »?
    😀

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      Merci Mawulolo. Notre culture est tellement riche qu’on n’a l’impression de n’en savoir jamais assez. Pour le beau-fils et sa belle-mère c’est bien possible moi en tout cas j’en ai déduit et tel qu’on le pratique chez nous que c’est une forme de respect et d’honneur de la belle-mère du à son beau-fils au nom de sa fille. Quant a ta question sur le 7 (PAUSE RIRES)….humnnn…bonne question. Je suppose qu’il bondirait aussitôt par derrière et affronterai le danger. Faut savoir que les Massa sont réputer être de vaillants guerriers. =D

  2. Omaw · mai 29

    Chez la plupart des peuples au Togo aussi, il ne faut pas siffler pendant la nuit. Ça attire des serpents paraît-il (Je n’en ai jamais vu ).
    Excellent billet

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      Merci beaucoup. En tout cas je ne te souhaite pas de faire de pareils rencontre( serpents). Moi,lors de l’un de mes séjours au village j’ai bel et bien vu des lumières clignotantes dans le noir,(n°9), peut être un effet de ma grande imagination mais j’ai couru me réfugier dans la case et je n’en suis ressorti que le lendemain.Vaut mieux peut être ne rien savoir après-tout. =D

  3. Ousmane
    Ousmane · mai 29

    Je me reconnais dans celle n°4! 🙂

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      ah oui? c super. Nous africains on est tous un grand peuple après-tout.;)

  4. Armand Guèye · mai 29

    Bonjour, j’ai aimé votre billet. Le numéro 4 s’applique à certaines ethnies au Sénégal mais il s’agit ici de la à la tante paternelle.

    • Armand Guèye · mai 29

      Bonjour, j’ai aimé votre billet. Le numéro 4 s’applique à certaines ethnies au Sénégal mais il s’agit ici de la tante paternelle.

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      c’est très intéressant sa. chez moi c’est plus la tante du coté de la mère en tout cas.

  5. There’s certainly a lot to learn about this issue. I love all of the points you have made.

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      Thanks alot….

  6. Jenny belinga · mai 29

    Je suis très ravie de découvrir cette univers’ c est une région du Cameroun que je ne connais paspas.mais j ai bien appris.

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      merci jenny..je suis contente de t’avoir fait voyager un peu

  7. sage destin · mai 29

    Merci moi j suis un « gar de la diaspora » j n sais pas grand pas choses de ma culture.
    Beaucoup de courage et continue de nous edifier sur cette riche grande drôle culture africaine

    • nahatabalama
      nahatabalama · mai 29

      ah bon??? c’est toujours cool de savoir d’où on vient…tu devrais apprendre